Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers, Benjamin Saenz

Hellooo ! On se retrouve aujourd’hui pour ma dernière lecture : Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers, de Benjamin Alire Saenz aux éditions Pocket Jeunesse. (Merci à enchanteur littéraire de me l’avoir prêté :)) Ce petit bijou fait 359 pages, que j’ai dévorées. Voici mon avis complet !

Le résumé : « Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… 
C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers. »

Mon avis : Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers a été un véritable coup de cœur pour moi ! Je l’ai lu en une après-midi, en tournant les pages sans les compter. Je suis tout de suite rentrée dans l’histoire. Aristote et Dante est un roman jeunesse qui aborde avec beaucoup de finesse et de simplicité les changements complexes de l’adolescence : le nouveau rapport aux autres, la sexualité (notamment l’homosexualité), l’amour, la quête de soi, l’évolution du corps… Et il ne tombe jamais dans la caricature !

J’ai adoré les deux personnages principaux, Aristote (Ari) et Dante, que j’ai trouvé assez particuliers. Alors qu’Ari est perdu, sensible, introverti, Dante paraît être toujours joyeux, naturel et sûr de lui. Son innocence, sa curiosité et la simplicité avec laquelle il aborde le monde font du bien, je l’ai trouvé assez rafraîchissant. Et en même temps, je me suis pas mal retrouvée dans Ari et ses doutes, et ses questions. En tout cas, ce sont deux personnages qui gardent beaucoup d’amour et de sensibilité, même s’ils ne l’expriment pas de la même façon. J’ai beaucoup aimé les voir se chercher, se parler, être ensemble. Leur histoire est écrite avec beaucoup de délicatesse, et l’écriture est parfois bouleversante, on ne peut pas rester de marbre.

La romance et l’amitié sont donc très bien explorées dans Aristote et Dante, mais la place laissée à la famille m’a beaucoup plu aussi ! La famille d’Ari vit dans le secret et le silence, ses membres ont de la difficulté à communiquer, à se montrer qu’ils s’aiment et chacun garde ses traumatismes pour lui. Le père d’Ari, un vétéran du Vietnam (l’histoire se passe en Amérique, pas loin de la frontière mexicaine), m’a particulièrement touchée. Je l’ai trouvé très sensible, avec toujours les bons mots quand il faut, même s’il a du mal à les exprimer. J’aimais donc vraiment la relation qui se développe peu à peu entre Ari et lui. Du côté de Dante, tout paraît encore une fois plus simple (plus « lumineux », j’ai envie de dire, parce que c’est vraiment ce contraste clair/obscur entre les deux persos qui m’a marquée à la lecture) : les parents de Dante lui montrent leur affection, Dante aussi, c’est vraiment une famille où l’on se sent bien. Et en même temps, ils ont aussi leurs difficultés, peut-être moins évidentes à voir…

Encore un point important du roman : la quête de son identité. Les deux personnages sont d’origine mexicaine et ont du mal à se trouver : Ari s’identifie comme Mexicain, mais Dante ne se retrouve ni dans la culture mexicaine, ni dans la culture américaine. J’ai bien aimé que le livre traite un peu ce thème, puisque les Mexicains forment une communauté importante aux Etats-Unis. Mais la quête d’identité va plus loin, puisque les deux personnages se cherchent tout au long du livre : Ari évoque la difficulté de grandir seul, sans modèle ni appui, dans le silence. Il refoule beaucoup, il ne veut pas penser à ce qui l’angoisse, et pourtant ses doutes tournent en boucle. Dante, avec sa curiosité et sa gentillesse naturelles, a plus de facilité à tout tester, à tout assumer, quitte à se brûler parfois. Aristote et Dante sont à la fois opposés et complémentaires, peu semblables qu’ils ne le pensent, et même ici, c’est assez dur d’expliquer leur lien si particulier.

J’ai donc adoré Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers, les questions sur le monde et sur soi m’ont beaucoup plu, notamment parce que l’auteur s’attarde sur tous les comportements du quotidien, ceux que l’on pourrait croire insignifiants, pour montrer que si, tout a de l’importance, que ce soit la manière dont on traite le monde, la nature, les autres ou soi-même. Dans ce roman, il n’y a pas de petits sujets, tout a sa valeur et tout est traité avec attention ! Je le recommande donc à tous ceux qui veulent passer un moment de douceur et/ou d’émotions.

Ma note : 20/20

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *