Review : The sun is also a star, de Nicola Yoon

Hello tout le monde ! Je reviens aujourd’hui pour vous présenter The sun is also a star, un roman de Nicola Yoon publié aux éditions Bayard. (Nicola Yoon est déjà connu pour son premier roman adapté en film : Everything, everything) Vous voulez en savoir plus ? C’est en-dessous !

Le résumé : « Daniel, 18 ans, est fils de Coréens immigrés à New York. L’année prochaine, il intégrera sûrement la prestigieuse université d’Harvard.

Natasha, 17 ans, est arrivée de la Jamaïque dix ans auparavant. Ce soir, elle quittera peut-être les Etats-Unis pour toujours.

Il croit à la poésie et à l’amour. Elle croit à la science et aux faits explicables.

Ils ont 12 heures pour se rencontrer, se connaître et s’aimer. Au-delà des différences. »

Mon avis : Dès les premières pages, j’ai été aspirée par The sun is also a star. L’écriture est fluide, délicate, alterne entre légèreté et moments sombres et j’ai tourné les pages sans même les compter ! Les deux personnages, Daniel et Natasha, sont attachants, même s’ils peuvent paraître un peu clichés (d’un côté, le poète complètement déconnecté, de l’autre côté, la scientifique hyper rationnelle). J’ai surtout aimé Daniel, car au début, j’avais un peu de mal avec Natasha que je trouvais assez froide et égocentrique.

Ensuite, ce qui m’a plu, c’est qu’il n’y a pas de « personnage-outil », qui apparaît pour les besoins de l’histoire et disparaît ensuite : dans ce roman, tous les personnages cités ont droit à leur petite histoire personnelle développée sur un ou plusieurs chapitres. The sun is also a star n’est pas le roman de deux personnages, mais d’une multitude, qui se croisent, dont les décisions influent sur les autres, dont les choix peuvent bouleverser une journée. Nicola Yoon reproduit la diversité des hommes et des femmes, toujours avec bienveillance : sa plume est chargée de compassion.

On retrouve également un petit côté de tragédie moderne : vingt-quatre heures, omniprésence du destin, « deux ex machina » taggué sur un sac… Autant de petits clins d’œil que les grands lecteurs ne peuvent qu’apprécier.

Mais le roman ne se contente pas d’être une histoire d’amour, il interroge aussi sur la société américaine : New York, ville cosmopolite où les gens ont tout de même tendance à se ranger dans des cases : les parents de Daniel veulent le voir avec une coréenne, Natasha (racisée) a du mal à faire comprendre à son entourage qu’elle ne veut pas être représentée en tant que « femme noire » mais en tant que « personne » tout simplement : l’auteur nous fait découvrir ce choc des cultures et la difficulté pour chacun de s’y retrouver. J’ai beaucoup aimé ce côté, que j’ai trouvé très moderne : encore aujourd’hui, dans les romans (français et anglais en tout cas) les héros et héroïnes sont très majoritairement caucasiens. Un peu d’ouverture change donc agréablement !

Enfin, The sun is also a star m’a fait passer du rire aux larmes, les émotions sont dépeintes avec justesse et sensibilité, et bien qu’on ait peu d’espoir pour le couple Daniel/Natasha en débutant le livre, on trouve un certain humour et beaucoup de surprises ! Encore une superbe lecture que je vous conseille tout à fait 🙂 En attendant, bonne rentrée à ceux qui rentrent demain !

Ma note : 19/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *