Review : Phobos t1, de Victor Dixen

Hello les lecteurs ! Aujourd’hui, on se retrouve pour le tome 1 de la série Phobos, une série de science-fiction écrite par Victor Dixen, dont pas mal de monde parle en ce moment !

Le résumé : « Six prétendantes d’un côté.

Six prétendants de l’autre.

Six minutes pour se rencontrer.

L’éternité pour s’aimer.

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial.

Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées.

Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues.

Elle a signé pour la gloire.

Elle a signé pour l’amour.

Elle a signé pour un aller sans retour.

Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter. »

Mon avis : Phobos a été une lecture addictive, j’ai lu le premier tome en une journée à peine ! Tout me plaît : la mission futuriste de la conquête de Mars sous couvert d’émission téléréalité, les six jeunes filles et six jeunes hommes qui pensent vivre la chance de leur vie, et le personnel glaçant du programme Genesis.

Concernant les personnages, j’ai beaucoup aimé la narratrice, Leonor, très sensible, droite et qui compte bien ne pas se donner en spectacle et garder la tête froide. Je crois que c’est le personnage auquel on peut le mieux s’identifier, et ses secrets la rendent vite très attachante. Les autres filles semblent riches en mystères, elles aussi, mais ce premier tome les explore moins. Une seule règle : personne n’est ce qu’il semble être, les masques ont été attribués et il n’y a qu’au Parloir, lors des têtes à têtes, que chacun se dévoile…ou ment un peu plus.

Pour les garçons, il me semble que les personnages sont un peu plus clairs, même si l’on ne peut jamais être sûr de rien. Je n’ai pas vraiment aimé Marcus, le personnage masculin principal, parce que j’ai du mal à trouver quelque chose de vraiment sincère chez lui. Il est incompréhensible (je suis plutôt Team Mozart, un autre garçon bien plus cool).

Mais les enjeux dépassent vite la simple émission de séduction : d’autres chapitres laissent entrevoir une double intrigue glaçante, sur Terre, amenée tôt ou tard à détruire les rêves de bonheur paisible des candidats. J’ai adoré ces chapitres qui donnent plus de profondeur à l’intrigue et nous font vraiment entrer dans la science-fiction, dans les rouages de l’espace et du pouvoir. On alterne entre les émotions des candidats, et l’intelligence diabolique de la productrice du show, Serena McBee, qui semble prête à tout pour l’amour du pouvoir et de l’argent. Et puis, on retrouve à la fois l’ambiance des émissions téléréalité (un peu accrocheur au début, et de plus en plus addictif) et l’envers du décor, les vautours derrière les producteurs bienveillants (façon Unreal, pour ceux qui connaissent la série).

Bref, ce premier tome de Phobos m’a complètement emballée, j’ai hâte d’avoir la suite, et mon mois de septembre s’annonce bien ! 🙂

Ma note : 20/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *