Review : Illuminae, d’Amie Kaufman et Jay Kristoff

Hello les lecteurs,comment allez-vous ? 🙂 On se retrouve aujourd’hui pour Illuminae – dossier Alexander 1, d’Amie Kaufman et Jay Kristoff, publié aux éditions Casterman. Si certains d’entre vous l’ont lu, laissez-moi vos avis en commentaires !

Le résumé : « Ce matin de 2575, lorsque Kady rompt avec Ezra, elle croit avoir vécu le pire moment de sa vie. L’après-midi même, leur planète est attaquée par une entreprise interstellaire sans foi ni loi – BeiTech. Obligés de fuir, Kady embarque sur le vaisseau Hypatia, Ezra sur l’Alexander. 

Très vite, Kady soupçonne les autorités de leur cacher la vérité. Avec l’aide d’Ezra – le seul en qui elle peut avoir confiance -, elle pirate le réseau informatique de leur flotte, accédant ainsi à des données confidentielles qui mettent en cause leur propre état-major. 

Alors qu’ils sont toujours traqués par BeiTech, l’Intelligence Artificielle censée les protéger se met à agir d’une façon étrange… »

La bande-annonce du roman est disponible ici.

Mon avis : Illuminae a vraiment été une magnifique découverte, je ne regrette pas du tout d’avoir lu ! Au départ, pourtant, j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire : il faut un temps pour se faire aux multiples modes de narration (discussions messenger, rapport de mission, journal intime, etc) et je trouvais les deux personnages principaux, Ezra et Kady, assez immatures pour leur âge (ils sont censés avoir 17 ans et leurs premières discussions par messages ressemblent aux sms que je tapais à 12 ans : dur de se faire aux « c koi », par exemple). Mais finalement, les héros gagnent en profondeur et en maturité au fil des pages, et les conversations deviennent plus sérieuses et mieux orthographiées ! Après être arrivée à ce moment, tout à été parfait.

D’abord, j’ai adoré AIDAN et sa complexité : son statut de mi-humain, mi-robot interroge les limites de l’homme, et ses monologues intérieurs sont les passages les mieux écrits et les plus beaux du livre. AIDAN est le personnage qui m’a le plus émue : ses pensées sont empreintes d’une certaine poésie, tout à fait inattendue puisqu’on s’attend plutôt à trouver des raisonnements froids et scientifiques.

Ensuite, les différents modes de narration, avec lesquels j’ai d’abord eu du mal, donnent à Illuminae une certaine esthétique originale et moderne, où l’on sent une véritable réflexion sur la forme. Ne vous arrêtez pas à l’apparence imposante du livre (607 pages), car sur certaines pages, il n’y a qu’un mot, une phrase, une illustration : en fin de compte, le roman se lit vite. Un lexique est également disponible à la fin pour éviter de se perdre durant les premières pages (l’univers est futuriste, avec beaucoup d’abréviations et de nouveaux concepts dont il faut s’imprégner).

Concernant les héros, on apprend à les aimer à travers l’histoire, car au départ, ils se cachent sous des masques : Ezra dissimule sa sensibilité sous un humour raté omniprésent, Kady semble plus se servir de ses bras que de sa tête…jusqu’à ce que les portraits s’inversent et que l’intrigue les force à montrer le meilleur d’eux-mêmes : on les découvre alors courageux, combatifs, redoutablement intelligents (ce qui est plutôt conseillé quand vous avez un géant de l’industrie qui cherche à vous tuer, une IA complètement folle et un virus à bord de votre vaisseau qui transforme les gens en psychopathes, vous en conviendrez).

On trouve aussi de nombreuses scènes très émouvantes de tristesse, de désespoir ou de résignation, écrites avec une plume très délicate. Illuminae est donc un roman qu’il faut savourer sur la longueur, sans s’arrêter aux apparences, et c’est ce qui m’a vraiment plu dans ce roman ! En plus, la couverture est magnifique. A lire, donc ! De mon côté, j’ai hâte de trouver le tome 2, et en attendant je commence Phobos, pour rester dans l’univers de science-fiction 🙂

Ma note : 18/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *