Review : Susan Hopper – le parfum perdu, de C. Wolf et A. Plichota

Hello les lecteurs, j’espère que vous allez bien et que vous passez de bonnes vacances ! Aujourd’hui, en attendant la review de Wuthering Heights, je vous présente le premier tome de la série Susan Hopper : Le Parfum Perdu, écrit par Cendrine Wolf et Anne Plichota (auteures d’Oksa Pollock ou de Tugdual), publié aux éditions XO !
Le résumé : « Et si vos cauchemars prenaient vie? Un manoir en Écosse… Susan n’en revient pas. Du haut de ses quatorze ans, elle savoure pour la première fois le confort d’un grand lit moelleux dans une chambre bien à elle. Et cela, grâce aux Hopper qui viennent de l’adopter.
Soudain, ce n’est plus la douceur du drap qu’elle sent sous ses orteils, mais un sol rocailleux et froid. Une brise glacée lui caresse les joues. En ouvrant les yeux, elle distingue une statue qui se découpe dans le brouillard. À ses pieds, les pierres tombales s’étendent à perte de vue. Un cimetière. Elle se trouve en plein milieu d’un cimetière. Et des tombes s’échappent lentement une ombre, puis une autre, et une autre encore…
Un rêve.
Ce ne peut être qu’un rêve.
Mais si ce n’était pas le cas? Si la malédiction qui pèse sur Susan depuis sa naissance l’avait finalement rattrapée ? »
Mon avis : Ce premier tome a été un vrai coup de cœur, et je l’ai lu d’une traite sans compter les pages ! L’univers est tout à fait différent d’Oksa Pollock puisque cette fois, on est dans un cadre plutôt réaliste : pas de Sauve-qui-peut ou de Foldingots. J’ai bien aimé cette atmosphère un peu différente et plus sombre.
Susan Hopper est également très attachante : malgré sa réputation d’enfant terrible à l’orphelinat, on comprend dès les premières pages que c’est une jeune fille qui souffre de manque d’amour, et qui ne veut que l’affection d’une mère pour être heureuse. Seulement, Susan est aussi complexée, se refuse à croire qu’elle puisse vraiment être aimée, à cause de ses précédentes expériences dans d’autres familles. Et puis, elle a une exigence : elle veut retrouver le parfum de sa vraie mère, qu’elle n’a plus senti depuis la mort de celle-ci. Alors quand Mrs Hopper arrive à l’orphelinat, douce, belle, aimable et portant le parfum tant recherché, Susan n’hésite pas. Mais son bonheur est fragile… J’ai adoré les voir se rapprocher, faire de véritables efforts pour construire une complicité. La plume des deux auteures est très tendre et sensible, et explore le caractère de chaque membre de la famille avec une délicatesse mêlée d’humour.
On retrouve aussi une intrigue fantastique, qui fait peu à peu basculer le quotidien de la famille Hopper dans la malédiction qui suit Susan depuis sa naissance. Tout au long du livre, on est tenu en haleine : qui a maudit cette famille, pourquoi, et est-ce que les Hopper vont accepter de soutenir Susan malgré les incidents qui se multiplient ? Cette famille en construction peut-elle résister aux plus noirs desseins sans voler en éclats ?
Même si l’intrigue magique est passionnante, c’est le côté humain de cette série que j’ai préféré : j’ai beaucoup aimé voir les liens se nouer et être mis à l’épreuve, suivre les pensées de Susan, et c’est donc vraiment pour cet aspect que je vous recommande la lecture : de la magie et des sentiments mêlés avec autant de talent, ça ne se refuse pas !
Ma note : 20/20

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *