Review : Passenger, d’Alexandra Bracken

Hello les lecteurs, comment allez-vous ? Aujourd’hui, je vous présente Passenger, premier tome d’une série d’Alexandra Bracken, aux éditions Milan !
Le résumé : « Etta et Nicholas n’auraient jamais dû se rencontrer. Elle, une jeune New-Yorkaise de 2016 ; lui, un fils d’esclave vivant au XVIIIe siècle. Pourtant, les voilà projetés ensemble dans les couloirs du temps à la recherche d’un mystérieux astrolabe. Une quête périlleuse. Une idylle impossible. »
Petites précisions parce que je ne trouve pas le résumé officiel très clair : Etta et Nicholas ont le pouvoir de voyager dans le temps, comme quelques grandes familles (les Boisdefer, les Tilleul, les Epines). Ces familles sont à la recherche du dernier astrolabe, caché par la mère d’Etta car il possède un pouvoir dangereux : celui qui le trouve pourrait maîtriser le temps, et changer le passé et le futur. Or, toutes les familles à sa recherche ne le désirent que pour satisfaire leur intérêt propre, et donc modifier le futur des autres définitivement. Le vieux Boisdefer, chef de famille, capture donc la mère d’Etta et fait chanter sa fille : elle doit lui rapporter l’astrolabe, que personne n’a encore retrouvé, sans quoi il tuera sa mère. 
Mon avis : J’ai bien aimé Passenger, mais ce ne fut pas non plus une grande révélation. En revanche, j’ai beaucoup apprécié le personnage d’Etta, une jeune femme forte et intelligente, déterminée, qui n’a rien à voir avec les héroïnes indécises que l’on peut parfois croiser ! Nicholas est un bon personnage aussi, complexe, un brin mystérieux. Droit et honnête, il est le compagnon idéal d’Etta dans sa quête ! La romance entre eux est plutôt savoureuse aussi, puisque la différence d’époque semble promettre un amour impossible.
Concernant le cadre du roman, je ne pense pas qu’on puisse en parler comme d’un roman historique : les personnages se retrouvent projetés à des époques différentes, mais ils n’y restent jamais plus de quelques pages, et les descriptions sont assez générales, on n’entre pas dans les détails, et hormis la Seconde Guerre mondiale dont on parle rapidement, il n’y a pas de fait historique majeur. C’est un aspect qui m’a plu, parce que je préférais suivre les personnages dans leur quête, plutôt que m’attarder dans les détails d’une époque. Et puis, cela permet une intrigue dynamique, toujours en mouvement !
Le début de l’histoire, par contre, m’a paru difficile à suivre, justement parce que les personnages sont déjà plongés dans la course vers l’astrolabe, et que comme Etta ignore tout, les informations sont distribuées au compte-goutte. Heureusement, une fois que le cadre est mis en place, on se plonge dans l’univers et dans l’intrigue sans problème, et on les suit jusqu’à la fin (qui se termine par un délicieux cliffhanger !)
Pour moi, Passenger a donc été tout de même une bonne lecture, et je pense que si je trouve le tome 2, je continuerai l’aventure. A vous de vous lancer !
Ma note : 17/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *