Review : Si loin de toi, de Tess Shape

Hello les lecteurs, j’espère que vous allez bien ! On se retrouve aujourd’hui pour Si loin de toi, un roman de Tess Shape que j’ai fini hier soir et qu’il fallait absolument que je vous présente. C’est parti !
Le résumé : « Sophie Winters a failli mourir. Deux fois.
Survivante.
Blessée à vie, elle est accro aux anti-douleurs.
Droguée.
Mina, sa meilleure amie, a été tuée sous ses yeux.
Traumatisée.
Personne ne croit à sa version des faits. Ni la police. Ni sa famille.
Seule au monde.
Elle se battra pour qu’éclate la vérité. Au nom de l’amour.
Prête à tout. »
Mon avis : J’ai adoré Si loin de toi, c’est une vraie claque. Je tiens d’abord à vous prévenir : si vous le lisez, vous pleurerez pendant toute l’histoire.
J’ai beaucoup aimé l’héroïne, Sophie. Au départ, je rageais parce que personne dans le livre ne semblait la voir comme je la voyais : une battante, courageuse, mais aussi une jeune fille fragile, qui cherche désespérément à ce qu’on lui rende l’amour qu’elle distribue sans compter. Une héroïne loyale, prête à tout pour retrouver celui qui a tué Mina sous ses yeux, ce soir-là, et lui faire payer. Elle est même prête à risquer sa propre vie.
Ensuite, l’histoire de Mina et Sophie, racontée grâce à des flashbacks, m’a fait fondre. Leur relation est passionnelle : on s’aime, bien sûr, mais on se repousse, toujours, et entre ses deux filles en apparence si complices se cache un monde de non-dits et de secrets. Le roman montre la difficulté de s’accepter tel que l’on est dans un monde où l’opinion publique, les qu’en-dira-t-on paraissent plus forts que tout. Du courage qu’il faut avoir pour accepter de s’en moquer. J’ai aimé cette thématique LGBT, alors que les histoires d’amour entre femmes sont généralement les grandes oubliées de la littérature.
L’intrigue policière visant à retrouver le meurtrier est également très bien ficelée, je n’ai pas réussi à deviner qui il était jusqu’à ce qu’il me saute aux yeux, dans les dernières pages (il faut dire que je suivais plus la romance que l’enquête, en bonne hypersensible). La quête de vérité de Sophie se fait par étapes, et elle est laborieuse : l’héroïne, ex-droguée, n’a plus la confiance de qui que ce soit, et ne peut pas mener son enquête seule. Sans s’en rendre compte, alors qu’elle est toujours tuée de chagrin, elle en vient à se réinsérer progressivement dans la vie de tous les jours, à retrouver sa place grâce à un but.
Seuls bémols de toute l’oeuvre : d’abord, c’est encore une fin triste. Je n’ai rien contre les fins tristes en général, mais dans les romances lesbiennes, films ou livres, c’est un classique qui devient lassant. Quand est-ce qu’on pourra lire une romance normale, qui se termine bien et où les amoureuses sont heureuses ? Pour trois fins heureuses, j’ai dû voir vingt fins tragiques, sérieusement, il faut se calmer.
Ensuite, on ne s’attache pas vraiment aux personnages secondaires, hormis Mina, Trev, Kyle ou Rachel, parce qu’ils n’ont pas vraiment de personnalité propre, ou qu’ils n’ont pas l’occasion de la développer : ce sont des « personnages-fonctions » : Machin est prévu pour aider à faire telle découverte, son rôle s’arrête là. Je pense qu’il aurait pu être intéressant de les creuser plus.
Bref, cette toute petite parenthèse faite, c’est un très bon livre, bouleversant, que je vous conseille de lire le plus vite possible !
Ma note : 17/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *