Review : Les 5/5 : En équilibre, d’A. Plichota et C. Wolf

Hellooo ! J’ai fini récemment le premier tome de la série Les 5/5, d’Anne Plichota et Cendrine Wolf, publiée chez XO Editions. Ce premier tome s’intitule En équilibre et fait 280 pages (16,90€). Voici donc mon avis !

Le résumé : « FAR a 16 ans, c’est une jeune fille surdouée, déchirée entre deux cultures.

MERLIN et TITUS, les jumeaux, sont déscolarisés, ils ont 17 ans et la précarité est leur quotidien.

TOM, 13 ans, acrobate, solitaire et rebelle, ne connait pas le manque, si ce n’est l’estime de son père.

JOHN, enfin, le plus jeune, 12 ans, est un garçon né dans un corps de fille, choyé par ses parents mais incompris du reste du monde.

Tous ont quelque chose a prouver, une blessure à soigner. Tous vont se retrouver autour d’une même passion, les sports de la rue, et d’une même quête: la justice.

Le grand frère de Tom, Lip, va leur donner l’occasion de mener le combat. Révolté par le cynisme de son père, qui n’a de cesse de s’enrichir sur le dos des pauvres, il décide de faire des 5/5 un clan, les transformants en robin des bois des villes.

Bientôt, les cinq ados vont mener la vie dure à tous les profiteurs sans scrupules. Sans se douter des dangers auxquels ils vont être confrontés…

Aventure, Frissons, Suspens. »

Mon avis : Les 5/5 étaient donc une totale découverte pour moi, puisqu’En équilibre m’a été offert par les auteures lors du salon du livre de Paris 2018. Je me suis donc dépêchée de me plonger dans cette lecture, et j’en ressors avec un coup de cœur !

Tout d’abord, les personnages. Je les ai tous adorés, certains plus facilement que d’autres : je ne vois pas comment on pourrait ne pas aimer John et s’attacher à lui, tellement il est adorable et courageux. Il a vraiment été mon préféré parce qu’il déborde de vie et de gentillesse, et il est déterminé à se faire accepter comme il est, malgré tous les coups durs qu’il subit. Je vous avais déjà dit que j’étais sensible aux thèmes LGBT+ lorsqu’ils sont traités dans les livres, et j’ai trouvé qu’Anne Plichota et Cendrine Wolf abordaient la transidentité avec beaucoup de finesse, tout en mettant bien l’accent sur l’importance d’être soi et de s’assumer face au regard des autres. Le livre montre les questionnements d’une personne trans*, et l’importance que peut avoir chaque parole, chaque mégenrage (fait d’assimiler quelqu’un à un genre auquel iel ne s’identifie pas). En équilibre aborde la transidentité dans toute sa complexité, dans insiste aussi sur le fait que si elle est importante, elle ne définit pas totalement une personne (et qu’il est stupide de s’y arrêter) : John est aussi un ami, un frère, un adolescent plein de vie avec des questionnements d’adolescent sur l’amour, le corps, les autres, la vie.

Bon, je passe beaucoup de temps sur John parce que c’est surtout à travers ses yeux que l’on suit l’histoire, mais les autres personnages sont tout aussi intéressants puisqu’ils abordent des problèmes actuels : Far fait face à un conflit de générations et de cultures avec ses parents qui n’ont pas la même vision de la femme qu’elle. On sent la difficulté de s’intégrer dans un nouveau pays lorsqu’on en a pas encore tous les codes, ou le sentiment d’incompréhension que tous les adolescents ont un jour ressenti face à leurs parents. Ce sentiment est aussi présent chez Tom et Lip, fils d’un millionnaire détestable qui passe son temps à les rabaisser et à être violent verbalement.

En équilibre parle aussi beaucoup des problèmes sociaux et économiques actuels : l’immigration, la misère (pour les jumeaux ou pour Far, chaque jour est un combat pour s’en sortir), les disparités entre les plus riches et les plus pauvres… Derrière un aspect jeunesse, le livre parle à tous, parce qu’il traite forcément de quelque chose que l’on connaît, dont on a un jour fait l’expérience. Ce n’est pas un pavé, et pourtant je l’ai trouvé remarquablement dense, avec beaucoup de thèmes abordés. J’ai aussi aimé le côté Club des Cinq moderne (ces bouquins ont bercé mon enfance, pardonnez-moi si je les vois partout), comme une réactualisation avec les sports de rue et des problèmes plus actuels.

Au début, pourtant, j’avais eu un peu de mal à entrer dans l’histoire, à cause des sports de rue qui ne me parlent pas du tout (mais bon, finalement je trouve l’idée originale, surtout pour Merlin et Titus, parce que le parkour, c’est juste fascinant !), et du côté un peu simpliste parfois (par exemple, lorsque Lip propose aux cinq jeunes de commettre des actions risquées, voire illégales, ils sont tous hyper enthousiastes et aucun ne semble avoir peur, j’ai trouvé que c’était un peu rapide et perso, même pour la bonne cause, j’y aurais sûrement réfléchi à deux fois. On parle quand même d’actions assez sérieuses). Je pense qu’En équilibre est plus adapté pour un public jeune (9-15 ans) et que certains côtés de l’écriture s’en ressentent. Mais puisque les personnages prennent de la profondeur au fil du tome et que l’intrigue devint de plus en plus sérieuse, on trouve de moins en moins de passages un peu trop légers, et ce petit défaut ne m’a plus dérangée après les cinquante/cent premières pages.

Il y a aussi le fait qu’au départ, j’ai trouvé que le livre était un peu noir ou blanc : si vous êtes très riche, vous êtes forcément mauvais, avec que les personnes aux revenus plus modestes sont globalement dépeintes comme de braves gens. J’avoue que je n’ai pas vraiment su comment prendre cet aspect : Lip est riche, et pourtant c’est un homme qui a l’air intègre, généreux et bon, donc le livre n’est pas complètement noir ou blanc. Mais d’un autre côté, à un moment, un personnage soulève l’argument que les riches ont peut-être mérité leur richesse en se serrant la ceinture et en travaillant dur pendant des générations. C’est aussi ce que je pense, pour certains. Or, un autre répond que pour la plupart, ce n’est pas mérité, et l’on voit plus de riches arrogants et mesquins que de riches sympas et méritants. Je ne sais pas trop quoi faire avec ça. Certes, l’intrigue repose sur un système Robin des Bois, donc si les riches se mettent à être méritants, ça ne légitime plus le comportement des héros, mais d’un autre côté, j’ai aussi trouvé ça un peu simple, du coup. Peut-être que c’est moi qui suis très naïve et idéaliste, mais je ne veux pas croire que la plupart des gens qui s’enrichissent le font de façon malhonnête, sur le dos des pauvres, sans aucun coeur et sans aucune difficulté. Je pense que la variété des situations financières aurait pu être plus développée, mais peut-être que ce sera le cas dans un prochain tome ? (je ne sais pas si vous me suivez, donc j’arrête là, mais il me semblait important d’en parler ^^’)

Bref, à part ça, En équilibre a été une petite merveille et j’ai vraiment hâte de commencer le tome 2 ! Le message est très beau, puisqu’il parle d’identité (de genre, familiale, culturelle), mais aussi de tolérance, de courage, et montre que le plus important est d’être bienveillant avec chacun, et de toujours rester ouvert à l’autre. Je suis impatiente de lire la suite et de voir comment les héros évoluent ! Le problème de l’argent a juste été mon principal questionnement, parce que sinon, j’ai adhéré à tout : la sensibilité dans l’écriture fait du bien, les personnages sont tous adorables et attachants, et j’ai hâte de voir comment chacun vaincra ses démons !

Ma note : 20/20 (je vous ai dit que c’était un coup de cœur, donc même avec les points plutôt négatifs soulevés, le positif va tellement au-delà !)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *