Review : Grisha : Ruin and Rising, de Leigh Bardugo

Helloo ! Aujourd’hui, je vous présente le dernier tome de la trilogie Grisha de Leigh Bardugo : Ruin and Rising, que j’ai lu en VO aux éditions Square Fish (417 pages, 10.99$). C’est parti !

Le résumé VO : « The capital has fallen.

The Darkling rules Ravka from his shadow throne.

Now the nation’s fate rests with a broken Sun Summoner, a disgraced tracker, and the shattered remnants of a once-great magical army.

Deep in an ancient network of tunnels and caverns, a weakened Alina must submit to the dubious protection of the Apparat and the zealots who worship her as a Saint. Yet her plans lie elsewhere, with the hunt for the elusive firebird and the hope that an outlaw prince still survives.

Alina will have to forge new alliances and put aside old rivalries as she and Mal race to find the last of Morozova’s amplifiers. But as she begins to unravel the Darkling’s secrets, she reveals a past that will forever alter her understanding of the bond they share and the power she wields. The firebird is the one thing that stands between Ravka and destruction—and claiming it could cost Alina the very future she’s fighting for. »

Le résumé FR fait par moi : « La capitale est tombée. 

Depuis son trône d’ombre, le Darkling règne sur Ravka. 

A présent, le destin de la nation repose sur une Invocatrice de Lumière brisée, un chasseur en disgrâce, et les restes de ce qui fut une puissante armée magique. 

Dans les profondeurs d’un ancien réseau de tunnels et de cavernes, une Alina affaiblie doit subir la protection douteuse de l’Apparat (le grand prêtre, ndlr) et des fanatiques qui l’adorent comme une Sainte. Et pourtant, elle désire toujours trouver le Firebird (oiseau de feu, ndlr) et espère qu’un prince hors-la-loi a survécu. 

Alina devra forger de nouvelles alliances et mettre de côté d’anciennes rivalités pour que Mal et elle parviennent à trouver le troisième amplificateur de Morozova. Mais alors qu’elle commence à démêler les secrets du Darkling, elle révèle un passé qui va changer à jamais sa compréhension du lien qui les lie et du pouvoir qu’elle manie. Le Firebird est la dernière chose qui sépare Ravka de la destruction – et le trouver pourrait coûter à Alina le futur même pour lequel elle se bat. »

Mon avis : J’ai passé un excellent moment avec Ruin and Rising ! Il y avait beaucoup moins de longueurs qu’au début de la série, le rythme était soutenu et équilibré tout au long du livre, parfait. J’ai aussi beaucoup aimé les retournements de situation qui sont nombreux dans ce tome, et complètement inattendus. L’intrigue autour de Morozova est vraiment intéressante et assez complexe, et les légendes de Ravka sont tops. Je l’ai trouvé beaucoup plus captivant que le premier tome, Shadow and Bone, mais d’un autre côté, tous les éléments de Shadow and Bone trouvent une explication ici, et on se rend compte que tout était utile, pour placer l’intrigue, les sous-intrigues et l’univers.

Les personnages sont aussi mis à l’épreuve dans ce dernier tome, ce qui permet de mieux se rendre compte de leur évolution et de leur potentiel : Nikolaï doit faire face à ce qui lui fait horreur, et affirmer sa volonté et sa force de caractère pour ne pas sombrer du côté des ténèbres. Je l’ai trouvé très touchant et très noble à la fois, et ses épreuves ont encore renforcé mon attachement pour lui !

Alina et le personnage que je trouve le plus intéressant, parce que c’est elle qui change le plus au cours de la trilogie, et qui fait face aux plus grandes épreuves. J’ai adoré son nouveau caractère déterminé, beaucoup moins passif que dans le 1er tome, et l’évolution de son pouvoir : comme je vous l’avais dit, je l’avais d’abord trouvé un peu inutile, mais dans Ruin and Rising, elle parvient à le développer de plein de façons originales, et on comprend que son pouvoir est tout aussi cool que ceux des autres Grishas. Moi qui aime les héroïnes badasses et surpuissantes, j’étais servie ! Les descriptions de la puissance d’Alina sont juste énormes !

Evidemment, j’ai aussi adoré retrouver mes personnages secondaires préférés, d’autant qu’ils affirment chacun leur caractère et qu’on sent de vrais liens se tisser entre eux, un peu comme dans Six of Crows : Zoya est définitivement une de mes préférées, avec son humour caustique et sa mauvaise humeur adorable, mais je suis surtout restée admirative devant Genya et David. Leur romance est originale et hyper attachante, j’avoue que j’ai fondu au moment de la déclaration. En plus, Genya traverse vraiment des épreuves terribles à la fin de Siege and Storm, et ça me rendait vraiment triste pour elle. Mais dans Ruin and Rising, elle montre une force de caractère épatante et nous montre sa vraie personnalité, forte comme l’acier. De même pour David, qui peinait à trouver sa place et que les autres jugeaient inutile dans le premier tome : ici, il s’épanouit complètement et cela fait plaisir à voir !

Bref, ce tome donne la meilleure fin possible à Grisha (et croyez bien que j’ai réfléchi avant de dire ça, parce que la fin est bouleversante, comme une explosion de rebondissements, de sentiments, de surprises et de révélations, et qu’en finissant Ruin and Rising, j’hésitais entre applaudir et pleurer), et je ne regrette pas du tout de m’être mise à cette trilogie. Je ne sais pas si l’on peut dire que c’est un coup de coeur, mais c’était sans aucun doute un très bon moment ! D’ailleurs, il y a encore beaucoup de choses que je voudrais évoquer, mais bon… Il faut laisser un peu de surprise 🙂

Ma note : 19/20

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *