Review : Le tropique des serpents, de Marie Brennan

Hellooo ! On se retrouve après un petit temps d’absence pour le tome 2 de la série Mémoires par Lady Trent de Marie Brennan : Le tropique des Serpents ! Ce livre fait 352 pages et est publié aux éditions l’Atalante, comme toute la série. C’est parti !

Le résumé : « Bien que peu de gens soient assez âgés pour s’en souvenir, et encore moins assez impolis pour en parler, je fus autrefois vilipendée dans les feuilles à scandales. […] C’est à cette époque de mon existence que je fus accusée de fornication, de haute trahison et d’être la plus mauvaise mère de tout le Scirland. C’est plus que la plupart des femmes peuvent réaliser en l’espace d’une vie et j’admets que j’éprouve une sorte de fierté perverse à y être parvenue.
Ce livre est également, bien entendu, le récit de mon expédition en Érigie. Les avertissements de ma première préface s’appliquent toujours : si les descriptions d’actions violentes, de maladies, de mets étrangers au palais des habitants du Scirland, de religions étranges, de nudité en public ou de gaffes diplomatiques idiotes sont susceptibles de vous gêner, fermez ce livre et passez à quelque chose de plus plaisant.
Mais je peux vous assurer que j’ai survécu à tous ces événements ; il est donc probable que vous survivrez à leur lecture. »

Mon avis : J’ai encore plus aimé Le tropique des Serpents que le premier tome (Une histoire naturelle des dragons). Ce livre est vraiment un coup de cœur : déjà, il est magnifique, la couverture est belle et on retrouve des illustrations çà et là dans les chapitres. Le format me plaît aussi, à mi-chemin entre le poche et le grand format, c’est assez original et ça se lit très bien.

Ensuite, j’ai beaucoup aimé retrouver la plume de Marie Brennan, toujours aussi caustique et réfléchie. Isabelle Trent est un personnage que j’adore pour son caractère volcanique. Elle nous livre sa vision du monde et des autres avec un humour affûté, parfois tranchant, qui me fait toujours sourire. Son intelligence et sa franchise sont rafraîchissantes, mais on lui trouve aussi beaucoup de sensibilité. Elle se dévoile un peu plus que dans le premier tome : je l’ai trouvée plus sûre d’elle, plus déterminée et un peu plus active aussi, ce qui n’a fait que renforcer mon attrait pour ce livre.

Du côté de l’univers, on retrouve ce monde un peu flou, très inspiré de l’époque victorienne : on est entre la réalité et la fantasy, donc certains peuples, paysages et coutumes font clairement penser à la réalité (notamment l’Afrique ou le Canada avec les chutes du Niagara, mais aussi un peu de Brésil pour la forêt amazonienne), et d’autres éléments sont tout à fait inventés. Au début du premier tome, je me souviens que j’avais été un peu perdue, mais finalement, je m’y fais très bien : Le tropique des serpents est un livre inspiré par beaucoup de cultures et de lieux différents, donc même si l’héroïne ne reste que dans un seul pays, j’ai eu l’impression de voyager tout le temps. Je m’attache vraiment à ce monde très complexe (pas sûre d’avoir tout compris lorsque l’auteure décrit les liens familiaux du Bayembé, mais c’était passionnant !) et à la vision unique des dragons proposée par la trilogie. Isabelle devient une vraie naturaliste et on plonge encore plus en profondeur dans la faune et la flore, réelles ou fantaisistes, de l’univers. J’ai eu plus de facilité à me représenter l’univers, et on s’intéresse aussi plus aux peuples, notamment les Mouliens qui sont fascinants (une culture à mi-chemin entre les Indiens d’Amazonie et les tribus Africaines). Cette fois, les Mouliens étaient très attachants, pas comme les habitants de Drustanev, dans le premier tome, qui étaient un peu trop froids et hostiles pour moi.

Et du côté de l’intrigue, j’ai aussi trouvé que tout était encore mieux agencé : l’action est mieux répartie et se déroule tout au long du livre avec un rythme soutenu qui laisse tout de même de la place à l’observation des dragons et aux liens humains. On traverse vraiment toutes sortes d’aventures qui ont un petit côté Indiana Jones : maladies, bestioles peu ragoûtantes, excursion en pleine forêt tropicale, sorcellerie, complots politiques, chasseurs malveillants… L’intrigue est très riche parce qu’elle propose des rebondissements de toutes les sortes. Et les dragons sont bien entendu au cœur de toutes les péripéties.

Bref, Le tropique des serpents est un vrai coup de coeur pour moi, alors si vous hésitez encore, commencez cette série, dévorez-la, elle est beaucoup trop bien pour que l’on passe à côté ! 🙂

Ma note : 20/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *