Rewiew : La quête d’Ewilan, de Pierre Bottero

Hellooo ! J’espère que vous passez un bon week-end, à une semaine de Noël ! Pour ma part, j’avance doucement avec Tobie Lolness, à cause du travail scolaire, mais j’espère pouvoir vous faire une review bientôt ! En attendant, voici la review d’une série d’un autre que j’adore : Pierre Bottero. Je voulais absolument qu’il soit évoqué dans le blog, alors j’ai décidé de commencer par sa série phare : La quête d’Ewilan !

Le résumé : La quête d’Ewilan est une trilogie. « La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule le jour où elle pénètre accidentellement dans un univers parallèle, nommé Gwendalavir. Elle ignore tout de ce monde où, pourtant, on semble la reconnaître sous le nom d’Ewilan. Accompagnée dans sa quête par son ami Salim, elle réalise qu’elle possède un don prodigieux et que tout un peuple l’attendait pour reconquérir sa liberté et sa dignité. Camille doit vite apprendre à maîtriser son pouvoir, l’art du Dessin… » 

On suit ensuite Ewilan et Salim dans ce nouveau monde, accompagnée de Bjorn, le chevalier, Edwin, le meilleur guerrier de Gwendalavir que rien n’arrête, et Ellana, la Marchombre discrète mais redoutablement efficace. Ensemble, ils vont déjouer les plans d’ennemis toujours plus inventifs et machiavéliques. Ewilan pourra-t-elle maîtriser son Don et être l’héroïne que tous semblent attendre ?

Mon avis : La quête d’Ewilan est l’un de mes plus grands coups de cœur. Déjà, les couvertures, qu’il s’agisse des anciennes ou des nouvelles, sont sublimes, et cela donne toujours envie d’entrer dans un livre, non ? Mais ce qui m’a vraiment emballée, c’est l’univers : on est dans une trilogie fantasy, mais qui se détache complètement des codes et des grandes influences (Tolkien, HP) de la fantasy pour nous plonger dans un univers riche, foisonnant, original et personnel. Et en même temps, le lecteur n’est jamais perdu, puisqu’Ewilan découvre comme nous Gwendalavir. J’ai adoré rencontrer toutes les classes de société, les différents peuples qui ont chacun leurs coutumes, et j’ai trouvé qu’il y avait toujours une atmosphère particulière selon les lieux. J’ai particulièrement aimé l’ambiance des villes, leur bouillonnement, leur aspect très coloré !

Ensuite, le récit lui-même. La quête d’Ewilan ne contient pas de longueurs, tout s’enchaîne avec fluidité, on retrouve l’écriture très poétique et délicate de Bottero qui est un maître dans le domaine. Cette plume si particulière aide aussi à se plonger complètement dans la trilogie et va jusqu’à faire partie de l’univers. On trouve parfois une grande tendresse, ou une ironie mordante, et à travers le voyage des personnages, l’auteur nous fait rêver !

Les personnages sont également un gros coup de cœur, puisque j’ai du mal à rester dans un livre si je ne m’attache pas à eux. Pourtant, là, je n’ai eu aucun problème ! Ewilan est très attachante, on comprend vite ses angoisses et la façon dont elle agit, et j’ai souvent eu envie de la prendre dans mes bras. C’est un personnage fort, qui va toujours de l’avant et qui évolue au cours des romans, on évite donc le côté « victime » ou ennuyeux à la longue. C’est aussi quelqu’un qui se soucie des autres et qui souffre de la solitude imposée par sa famille d’accueil, elle a donc une véritable empathie vis-à-vis des personnages, et tout le groupe est donc très soudé, ce qui m’a beaucoup plu. Salim aussi est un garçon adorable et très complexe : enfant d’une famille nombreuse, il se sent laissé de côté et cherche à trouver sa place, ce en quoi il pourrait être bon et être reconnu. C’est quelqu’un qui a besoin de trouver sa voie et d’être enfin soutenu et aimé pour qui il est. Sous son caractère blagueur et désinvolte, j’ai trouvé une véritable sensibilité qui sait émouvoir.

Du côté des personnages secondaires, aucune déception non plus ! Personne n’est mis de côté et il n’y a pas de personnage-outil : tous ont une vraie personnalité, un rôle précis, des aptitudes uniques. Il y a un tel travail fait sur chaque personnage que l’on a l’impression d’être avec de vraies personnes. Ma préférée est évidemment Ellana que j’ai trouvée fascinante (c’est une femme vive, douée, redoutable, avec un sens de l’humour pointu, qui ne s’y attacherait pas ?) ! Mais j’ai trouvé qu’Edwin était aussi très attachant sous ses airs bourrus, et Bjorn (qui me rappelle un peu Slughorn) est vraiment drôle et touchant aussi, dans ses tentatives d’être enfin le chevalier qu’il fait croire qu’il est.

Bref, cette saga, c’est une des meilleures lectures que j’ai faites de toute ma vie, c’est vraiment plus qu’un coup de cœur, à ce niveau-là, et je conseille à tout le monde de lire La quête d’Ewilan ! Impossible d’être déçu, lisez, lisez, liseeeez !!! 🙂

Ma note : 20/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *