Review : Les Carnets de Cerise (1), Aurélie Neyret et Jorice Chamblain

Hellooo ! Et oui, je suis plutôt active sur le blog, ces derniers jours, et pour cause, j’ai fini le tome 1 de Les Carnets de Cerise : Le zoo pétrifié. Il s’agit donc du premier tome d’une série de bande-dessinées (je crois qu’elle compte cinq tomes à ce jour !) de Jorice Chamblain et d’Aurélie Neyret aux éditions Delcourt ! Voici donc ce que j’en ai pensé.

Le résumé : Cerise est une petite fille qui a décidé de devenir romancière. Sa technique ? Observer les gens en quête d’inspiration et d’intrigues, avec ses deux meilleures amies et l’aide d’une vieille auteure pétillante et mystérieuse. Et quoi de mieux pour stimuler l’imagination de Cerise que « Monsieur Mystère », un homme qui traverse la forêt tous les week-end, toujours couvert de taches de peinture, et que personne ne semble connaître ? Aussitôt, la fillette se lance sur ses traces, bien décidée à percer son secret…

Mon avis : La BD Les Carnets de Cerise était d’abord un craquage du Salon de Montreuil, et finalement, je n’ai pas du tout regretté cet achat !

Parlons des illustrations, tout d’abord : pour les BD, je ne peux pas lire si le style de dessins ne me plaît pas, mais là, comment ne pas aimer ? Les illustrations sont splendides, très soignées, les couleurs sont pétillantes et douces à la fois. Ce qui se dégage des Carnets de Cerise, c’est une sorte d’ambiance cocooning, grâce aux teintes automnales et à la légèreté des dessins. Félicitations à Aurélie Neyret ! De temps en temps, les cases traditionnelles alternent avec un effet de pages de carnet déchirées, où l’on trouve directement l’écriture de Cerise qui note ses avancées comme une détective. Pour moi, c’est un point fort : grâce à ces pages, on trouve une forme de dynamisme dans la lecture, et on se sent encore plus proche de la jeune fille !

Ensuite, concernant le fond : Le zoo pétrifié est une bande-dessinée qui vise un public jeune (9-13 ans, je dirais), mais que l’on peut savourer à tous les âges, justement grâce aux illustrations magnifiques, à la légèreté et à la sensibilité de toute l’histoire, qui m’a vraiment plongée dans une bulle de douceur pendant toute la lecture.

Infime bémol : de temps en temps, je trouvais que certaines formules étaient un peu trop bien tournées pour Cerise, qu’on sentait un peu l’adulte-auteur derrière le personnage de l’enfant, mais cela ne perturbe presque pas la lecture.

Enfin, j’ai trouvé que l’intrigue était vraiment originale : on se laisse emporter dans l’enquête de Cerise sans deviner le dénouement, et je salue les auteur.e.s pour leurs très belles idées, poétiques et sensibles. « Monsieur Mystère » m’a touchée, je l’ai trouvé très attachant, il m’a même rappelé les personnages des studios Ghibli par certains aspects. Cerise est également très attachante et très vive, ce qui fait qu’elle nous entraîne avec elle. On se sent pris tout doucement par la main pour la suivre dans ses aventures ! Et en plus de l’intrigue propre au tome, Les Carnets de Cerise s’intéressent aussi à la pré-adolescence en exploitant les problèmes liés à cet âge : le rapport aux parents, la difficulté de communiquer, les relations avec les ami.e.s, et la découverte du monde. Tout est exploré avec tendresse, et ce qui se dégage le plus de cette BD, c’est finalement cela : beaucoup d’amour et de sensibilité.

A lire, donc ! 🙂

Ma note : 19/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *