Review : Phobos 3, de Victor Dixen

Hello !! A quelques jours seulement de la sortie de Phobos 4, de Victor Dixen, je suis enfin à jour, puisque j’ai fini Phobos 3 ! (Vous pouvez retrouver les reviews de Phobos 1, Phobos 2 et Phobos Origines sur le blog)

Le résumé : « Fin du programme Genesis dans

1 mois…

1 jour…

1 heure…

ILS SONT PRÊTS A MENTIR POUR SAUVER LEUR PEAU.

Ils sont les douze naufragés de Mars.

Ils sont aussi les complices d’un effroyable mensonge. Les spectateurs se passionnent pour leur plan de sauvetage, sans se douter du danger sans précédent qui menace la Terre.

ELLE EST PRÊTE A MOURIR POUR SAUVER LE MONDE.

Au risque de sa vie, Léonor est déterminée

à faire éclater la vérité. Mais en est-il encore temps ?

Même si le compte à rebours expire, il est trop tard pour renoncer. »

Mon avis : J’ai eu quelques difficultés à me faire un avis sur Phobos 3, car c’est un tome qui diffère complètement des deux autres. Plus conséquent à lire, on sent aussi qu’on entre dans le vif du sujet, que tout va devenir plus complexe, maintenant. Dans Phobos 1 et 2, même s’il y avait des révélations et des coups de théâtre, on sentait encore une certaine cohésion chez les pionniers, le côté téléréalité restait très présent (trouver l’amour, les histoires de couples, tout ça), et Serena avait encore des limites. Avec Phobos 3, on tourne complètement la page : dès les premiers chapitres, des bouleversements mettent à l’épreuve l’unité des prétendant(e)s, et on entre tout de suite dans une atmosphère beaucoup plus sombre. Avant, même si j’avais peur pour les pionniers, j’étais toujours à peu près certaine qu’ils seraient encore tous vivants à la fin, mais là… Tous les repères volent en éclats, ce qui donne une forme de fraîcheur à ce troisième tome, et fait monter la pression d’un cran. On entre dans un univers qui penche vers la dystopie.

Toutes les relations vont être ré-explorées, ne vous attendez pas à retrouver vos couples tels qu’ils étaient : depuis la fin de Phobos 2, la situation semble désespérée entre Marcus et Léonor, et de nouvelles difficultés attendent les autres : que dire des Fangtao, le couple modèle qui semble se désunir ? Ou des Samsafia, secoués dès le début du tome par les révélations de Liz ? Les Krisalex ont aussi du mal à rester soudés : Alexei semble prêt à prendre le contrôle de la base, Kirsten semble avoir oublié le côté manipulateur de Serena et se repose totalement sur elle… Beaucoup d’épreuves attendent les pionniers dans ce tome, et toutes les relations ne survivront pas. D’ailleurs, Phobos 3 est moins centré sur l’amour : beaucoup de personnages commencent à perdre leurs illusions, la saison 2 de Genesis n’est que mentionnée…

En revanche, le pouvoir est beaucoup plus présent : Serena se révèle tout à fait dans ce tome, et je crois qu’elle est encore pire que tout ce qu’on pouvait imaginer. Alors qu’elle tentait de préserver les apparences dans Phobos 1 et 2, ici, sa soif de pouvoir l’obnubile tout à fait, la rend prête à commettre les pires atrocités. Victor Dixen lève également le voile sur les origines d’Harmony (un personnage que je trouve de plus en plus intéressant !).

Dans l’ensemble, Phobos 3 va beaucoup plus loin que les tomes précédents : plus de tension, plus de contenu, plus d’épreuves et de retournements de situation, et des personnages plus complexes, plus divisés, rassemblés et re-divisés que jamais ! C’est pourquoi ce tome a été pour moi une excellente lecture, addictive. Je n’ai pas pu lâcher le livre avant la fin, tellement j’avais hâte de savoir comment tout allait se terminer. Et comme chaque fin de Phobos, on reste avec plus de questions que jamais !

En revanche, quelques points m’ont tout de même gênée : au niveau de la cohérence, je trouve que certains discours, notamment celui d’un prisonnier, sur Terre, font un peu gros, et retirent de la crédibilité. C’est difficile d’expliquer cela ici sans spoiler, mais disons que le prisonnier a des paroles qui ne correspondent pas du tout à la personne pour laquelle il essaye de se faire passer : il doit déclarer de faux-aveux, mais de la façon dont c’est dit, il me semble que personne de sensé n’y croirait… Pareil pour certaines paroles de Serena qui paraissent un peu maladroites : est-ce qu’un personnage qui a tout intérêt à manipuler les esprits et à avoir l’air bienveillant parlerait aussi ouvertement de ses plans de domination et de conquête ? Parfois, j’avais l’impression que Serena parlait plus au lecteur qu’au personnage à qui elle s’adressait dans le livre, un peu comme si l’auteur était derrière et nous disait : « eh, regarde, elle veut le pouvoir, tu as compris qu’elle voulait le pouvoir, dis, tu as compris ? » Du coup, certaines de ses paroles ne font pas très naturelles, un peu insistantes : on voit bien les ficelles du personnage (je ne vois pas comment expliquer mieux, j’espère que vous me comprenez…)

Et aussi, dernière chose qui m’a gênée à la lecture : au départ, on rentre tout de suite dans le tome, il y a un bon rythme, tout s’enchaîne, on est vraiment dedans, et tout d’un coup… »un an plus tard ». J’ai trouvé que ce délai était amené un poil trop brusquement, ça a cassé mon rythme de lecture : soudain, l’action ralentit, tous les personnages semblent s’être endormis, et la suite est un peu longue à se mettre en place. Ce moment est vers le 2e tiers du livre, il faut passer une bonne centaine de pages avant de retrouver le bon rythme du début, et ces pages ont été un peu difficiles à lire pour moi.

Néanmoins, Phobos 3 reste une très belle lecture que je recommande, les points positifs dépassent largement les points négatifs, et j’ai encore plus hâte de lire Phobos 4, le 23 novembre !

Ma note : 17/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *