Review : Will & Will, de J. Green et D. Levithan

Hello tout le monde ! Ce soir, je vous présente Will & Will de John Green et David Levithan, aux éditions Gallimard. C’est parti !

Le résumé : « Will Grayson se méfie des sentiments. Les histoires de coeur portent la poisse, tout le temps. Alors, dans la vie, autant se faire discret. Son meilleur ami, Tiny Cooper, est à la fois une bénédiction et une vraie plaie : ami fidèle et rayonnant, il est aussi ouvertement gay que corpulent et n’a pas l’habitude de passer inaperçu.
A l’autre bout de la ville, un adolescent en pleine déprime assume mal sa différence. Le hasard veut qu’il se somme lui aussi Will Grayson… »

Mon avis : Je n’ai pas du tout aimé Will and Will, malheureusement. Dès les premières pages, j’ai eu du mal avec le style très courant/familier des deux auteurs, et je trouve que le premier Will, celui qui met des majuscules en début de phrase, se perd souvent dans ses digressions qui prennent deux paragraphes et ne font pas du tout avancer l’histoire. On retrouve quand même l’humour de John Green, mais ça n’a pas suffi à me faire accrocher au style.

Ensuite, l’intrigue est relativement lente : elle ne commence vraiment qu’à partir du premiers tiers du livre, et avant, on a droit au résumé des journées plates des deux Will, ce qui n’aide pas à se plonger dans l’histoire…

Et puis, le nombre de clichés qu’il y a dans Will & Will ! Déjà, Tiny est l’archétype du gay-efféminé-volage-paillettes-licornes, et si j’ai lu que certains l’avaient trouvé mignon, pour moi, il était juste soûlant : il a quatre ans d’âge mental à tout casser. Par contre, c’est vrai que son côté joyeux et insouciant peut être un peu agréable, parfois. Même pour le Will dépressif, j’ai trouvé que le personnage était assez caricatural : encore une fois, le cliché de l’Ado-gothique-laissez-moi-mourir-et-me-soûlez-pas. Dans l’ensemble, les personnages ne sont pas très riches : chacun peut être défini par un ou deux traits de caractères grossi(s) à l’excès. Leur personnalité est donc vite cernée, et plus très intéressante.

En revanche, pour ceux qui cherchent un roman léger qui parle d’homosexualité sans trop de pression, je pense que Will & Will peut plaire, à condition de ne vraiment pas trop réfléchir au fond de l’histoire. Pour moi, j’aurais pu aimer ce côté « feel good » qui mélange bien l’humour, l’amour et l’amitié, s’il n’avait pas été exagéré tout le temps (la « comédie musicale » de Tiny racontant l’homosexualité de Tiny, on en parle ?)

Bref, ma note est donc assez mauvaise, mais je reste ouverte si d’autres l’ont lu et ont pensé différemment ! 🙂

Ma note : 10/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *